Levée de fonds responsable : comment un cabinet spécialisé peut faire toute la différence

Date :

Une chose est de monter un projet, une autre est de trouver les moyens financiers nécessaires pour le réaliser. C’est justement là où le bât blesse, et les organismes à but non lucratif ne peuvent en dire le contraire, car souvent confrontés au problème de financement. Heureusement que des mécanismes sont mis en place pour permettre aux cabinets spécialisés de lever des fonds. Vous voulez savoir comment faire la collecte de manière responsable ? Eh bien ! Toutes les étapes sont expliquées dans cet article, ne décrochez donc pas.

Ce qu’il faut savoir sur la levée de fonds

La levée de fonds est une opération de recherche de financement entreprise par certaines sociétés en phase de démarrage ou de développement. À cet effet, un appel est donc lancé à de nouveaux investisseurs pour prendre part au capital social. En d’autres termes, les personnes qui possèdent des moyens financiers peuvent participer à la constitution des fonds attendus. Elles acquièrent en contrepartie des titres et deviennent ainsi vos associées.

Le plus souvent, on réalise une levée de fonds dans deux cas, à savoir :

  • Démarrage d’une activité : dans ce cas, la collecte de fonds est initiée pour financer le lancement d’un produit ou service, ou la réalisation d’un projet déjà conçu. On parle alors de capital amorçage.
  • Développement de la société : si votre start-up fonctionne déjà et que vous envisagez de l’étendre, vous pouvez initier cette collecte pour engranger les moyens nécessaires pour réaliser votre ambition. On parle ici de capital développement.


En fonction de la notoriété de la société, différents types d’investisseurs participent à la levée de fonds. Cependant, ces derniers s’assurent qu’il s’agit d’une affaire rentable avant de s’y engager. Pour cette raison, l’opération doit être organisée par un organisme spécialisé en suivant une démarche professionnelle et digne de confiance. 

Comment un cabinet spécialisé doit lever des fonds ?

Quand il s’agit d’argent, il est important de rassurer les bailleurs de fonds. Cela veut aussi dire que l’opération de collecte doit être menée dans la transparence. Alors, le cabinet qui organise la collecte de fonds doit pouvoir justifier l’opération en répondant à un certain nombre de questions que se posent généralement les investisseurs : la levée de fonds à quelles fins ? La collecte de fonds au bénéfice de qui ? Est-ce que le projet est rentable ? Etc. Vous devez au préalable évaluer les besoins réels et déterminer les objectifs visés par l’opération afin d’obtenir le plus grand nombre de participants. Cela dit, voici la marche à suivre pour faire la différence :

La phase préparatoire

Une bonne organisation est indispensable à la réussite de la levée de fonds. Ceci étant, cette étape concerne la production de deux documents essentiels, à savoir Executive summary et Business plan. Le premier est tout simplement le résumé, ou une vue d’ensemble du projet. Rédigé en 1 ou 2 pages, il sert aussi à expliquer le bien-fondé des fonds que vous voulez collecter. Quant au second document, il décrit le projet dans les moindres détails et vise à convaincre les potentiels investisseurs de sa rentabilité. Il doit par ailleurs défendre la santé financière et les perspectives de votre organisation. En vous appuyant sur ces deux pièces du dossier, préparez un pitch qui met en évidence les atouts de votre société et rassure les opérateurs.

Le choix des investisseurs

À cette étape, vous devez tout d’abord cibler les bons investisseurs. Il s’agit de ceux qui, en considération de leurs profils (niveau de maturité, investissements déjà réalisés, etc.), peuvent adhérer à votre business et y investir. Après les avoir sélectionnés, il faut entrer en contact avec les futurs actionnaires afin de leur proposer votre idée. Vous pouvez maintenant leur remettre votre dossier pour analyse. Pensez aussi à participer aux concours des projets innovants organisés de temps à autre par les investisseurs. Vous pouvez lever des fonds considérables pour financer votre activité. Il faut donc préparer votre pitch avec un grand soin.

La due diligence

Pour obtenir l’adhésion des tiers à votre projet, les investisseurs passent au peigne fin votre organisation afin d’évaluer les risques potentiels et juger de la rentabilité du projet. À cet effet, ils tiennent compte, entre autres, de sa situation financière, les tendances du marché, la faisabilité, etc. Si votre projet répond aux attentes des financeurs, les négociations s’en suivent, puis le closing. Entendez par ce terme, l’étape du financement de votre projet. 

Autres sujets qui pourraient vous intéresser

Comment calculer le crédit d'impôt ?

Date : Tags :
En termes de fiscalité, le législateur dispose de plusieurs outils afin de maintenir une activité ou encore la rendre encore plus attractive, inciter les dépenses d'investissement dans un domaine précis de l'économie (immobilier neuf) ou dans un bien d'équipement singulier (plus écologique).